DJI va brider ses drones dont le firmware n’aura pas été mis à jour

,

DJI va brider ses drones dont le firmware n’aura pas été mis à jour

Si vous ne le saviez pas encore DJI (Dà-Jiāng Innovations Science and Technology Co. Ltd.) prend les devants et va contrôler la manière dont ses drones sont utilisés par ses clients. Comment ? En incitant (fortement) les utilisateurs à mettre à jour le firmware qui permet de faire fonctionner le drone (DJI GO et DJI GO 4).

Cette mesure est destinée à rendre conforme les vols avec les législations de chaque pays, et ce au regard des NFZ (NoFly Zones) décrétées territoires par territoires. La marque chinoise précise que si la mise à jour n’est pas effectuée le potentiel du drone sera limité. Dans les faits, le retour vidéo en temps réel sera coupé et le vol sera limité à 50 mètres de rayon et 30 mètres de hauteur. Bref, le pilotage ne pourra être effectué que dans des conditions où le pilote peut voir l’engin évoluer dans le ciel.

Contrôle des vols pays par pays

A noter que ces limitations ne concernent pas les engins équipés de contrôleurs de vol A3 et N3, soit les appareils vendus comme étant destinés aux professionnels.

Si pour l’heure la concurrence n’a pas réagit à cette annonce, nul doute qu’une telle initiative devrait faire évoluer les acteurs du marché vers une meilleure prise en compte des législations de chaque pays sur le vol de drone. En France par exemple le vol de drone de loisir est soumis à une réglementation spécifique depuis 2012 (voir carte qualifiée de « provisoire » par l’IGN, basée sur l’arrêté du 17 décembre 2015). Les données sont consultables sur le site de l’IGN. A noter que les vols de nuit sont interdits.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *